Sondage: 8Marocains sur 10 disent rejeter l'homosexualité

Plus de huit Marocains sur 10 disent rejeter l'homosexualité, l'avortement ou encore le non-respect du ramadan en public, selon un sondage publié jeudi par l'hebdomadaire Tel Quel sur son site internet.

Mona Iraqi, la journaliste homophobe condamnée par la société civile arabe

MONA IRAQI

Plusieurs organisations connues dans le monde arabe ont publié lundi un communiqué commun pour dénoncer la récente arrestation de masse de personnes présumées homosexuelles au Caire, ainsi que la complicité des médias égyptiens.

Le 7 décembre dernier, Mona Iraqi, journaliste pour la chaine de télévision privée "Al Kahera Wal Nas" avait en effet collaboré avec la police afin de finaliser et filmer cette démonstration de force d'un régime qui se veut conservateur.

Les forces de l'ordre avaient envahi un bain maure (hammam) pour y capturer un groupe d'hommes (approximativement 26 individus) accusés d'actes ayant un rapport avec la débauche et la morale.

En réaction, la société civile du monde arabe s'est mobilisée pour dénoncer ces méthodes, indiquant qu'il "s'agissait de l'arrestation massive la plus importante de personnes interpelées pour "débauche" depuis la descente notoire sur le Queen Boat en 2001".

Dans un communiqué commun ces association, dont l'Association Tunisienne des Femmes Démocrate, la Fondation Arabe pour les libertés et l'égalité, la coalition pour les droits sexuels et corporels dans le monde musulman ou encore l'association libanaise Helem, se sont exprimées pour protester contre les agissements de Mona Iraqi:

"Les signataires de cette déclaration condamnent fortement ce que cette présentatrice télé a fait. Elle a déshonoré de part ses agissements le métier de journaliste. Nous affirmons que c'est cette personne qui a violé la loi et non les hommes qui ont été arrêtés (...) Nous exigeons que Mona iraqi soit tenue responsable devant la loi pour avoir usé abusivement de sa profession afin de violer la vie privée d'autrui et les diffamer, ceci pour poursuivre des avantages professionnels sans tenir compte des conséquences."

Ces derniers mois, le régime Al Sissi s'est illustré par ses attaques successives visant la communauté homosexuelle. Condamnant cette répression, les signataires du communiqué ont réaffirmé leur solidarité avec les LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels et trangenres) en Egypte qui ont subit plus de 150 arrestations depuis juin 2013 sur la base de fausses allégations. Ils ont également déploré le discours du régime en place qui vise à promouvoir la discrimination et les stéréotypes en assimilant l'homosexualité au virus du sida.

HuffPost 

Mariage d’un couple franco-marocain: l’avocat général pour la validation du mariage


L'avocat général a proposé mardi le rejet par la Cour de cassation du pourvoi formé par le parquet général de Chambéry contre un arrêt autorisant un couple homosexuel franco-marocain à se marier.

Les deux requérants, pacsés depuis le 11 mars 2013, s'étaient vu refuser le mariage deux jours avant leurs noces, prévues le 14 septembre 2013 à Jacob-Bellecombette (Savoie), sur décision du parquet. Le ministère public se fondait sur une convention bilatérale entre la France et le Maroc, ratifiée en 1981 et relative « au statut des personnes et de la famille et à la coopération judiciaire ».

Cette convention dispose notamment qu'en cas de mariage franco-marocain, chacun des deux candidats au mariage doit se conformer aux lois de son pays.
Or, la loi marocaine prohibe le mariage entre deux personnes de même sexe. La justice, en l'occurrence le tribunal de grande instance de Chambéry, avait autorisé une première fois ce mariage le 11 octobre 2013, décision confirmée en appel le 22 octobre 2013, également à Chambéry.
Le parquet général de Chambéry avait alors formé un pourvoi contre l'arrêt de la cour d'appel.  Le pourvoi n'est pas suspensif. Le couple s'est déjà marié, en novembre 2013, à la mairie de Jacob-Bellecombette (Savoie). Pour l'avocat général près la Cour de cassation, Jean-Dominique Sarcelet, la convention passée entre la France et le Maroc est « manifestement incompatible avec le nouvel ordre public français », tel qu'il se définit depuis la promulgation de la loi autorisant le mariage pour tous, le 18 mai 2013.
« Peu importe les attentes de l'opinion publique, ou des opinions publiques », l'affaire doit être examinée en droit, avait-il répondu à Me Pauline Corlay, conseil de l'association familiale franco-maghrébine Ahluna, favorable à la cassation de l'arrêt de la cour d'appel.

L'avocate avait fait valoir que la loi autorisant le mariage pour tous n'était pas « suffisamment partagée par le peuple français » pour être considérée désormais comme « une valeur essentiel du droit français » et ne s'imposait donc pas à une convention internationale.
Casser l'arrêt et revenir sur ce mariage constituerait une « atteinte au principe d'égalité et de non discrimination », a plaidé Me Alice Meier-Bourdeau, conseil de Dominique et Mohammed.  Conseil du Défenseur des droits, qui considère comme « discriminatoire » l'opposition du parquet à ce mariage, Me Patrice Spinosi a prévenu la cour qu'il existait « un risque d'instrumentalisation » de la décision par les opposants au mariage pour tous.

La décision a été mise en délibéré au 28 janvier 2015.

Yagg avec AFP

Photo: tirée de l'Armée du Salut, Abdellah Taïa

L’émouvante lettre d’une fillette à son instituteur gay



Faire son coming-out peut changer des vies. En évoquant son homosexualité devant sa classe, un instituteur britannique a contribué à faire évoluer les mentalités. Il ne l'avait jamais fait jusqu'ici, alors que ses collègues mentionnent sans la moindre gêne leur conjoint.e ou la personne avec qui ils/elles vivent. Durant une semaine dédiée à la lutte contre le harcèlement, il a demandé à ses élèves combien avaient entendu le mot «homo» utilisé comme une insulte. Presque tou.te.s ont levé la main, a-t-il confié à PinkNews. Il a ensuite demandé aux élèves de lever la main si à leur avis, être homo était une mauvaise chose. Là encore, la quasi-totalité de la classe a levé la main.

Avec le soutien de la direction de l'établissement, l'instituteur a décidé d'annoncer à ses élèves qu'il est gay. «Leurs réactions ont été fantastiques, se souvient-il. Beaucoup ont repris leur souffle, ont eu des regards surpris et ont posé des questions très simples – avez-vous un petit ami, etc. – mais au bout de quelques minutes, tout le monde est passé à autre chose et on a continué le cours.» Quelques jours plus tard, parmi les divers formulaires qu'il reçoit chaque matin concernant les rendez-vous médicaux et les voyages scolaires, l'instituteur a reçu la lettre suivante d'une de ses élèves âgée de 9 ans:

«Cher monsieur R.,

Même si vous êtes gay, je vous traiterai comme je l'ai toujours fait. Je vous considère de la même façon qu'avant. Vous êtes un enseignant génial et voici quelques mots que j'utiliserais pour vous décrire: génial, exceptionnel, fantastique, brillant, prodigieux et courageux. Je dis brave parce que vous avez partagé avec nous un secret personnel et c'était très brave. Vous n'avez pas à avoir peur parce que je sais que tout le monde en classe pense comme moi.

A.

PS: Nous sommes tou.te.s fièr.e.s de vous.»

L'instituteur confie «avoir eu les larmes aux yeux». «Il m'a fallu un moment pour que je puisse me reprendre, a-t-il ajouté. Quand je l'ai remerciée, elle a simplement haussé les épaules et répété quelque chose qu'un autre garçon de la classe avait dit pendant le cours: "C'est juste votre vie". Et elle est retournée à son devoir de maths.» Tout comme ses collègues, l'enseignant se sent désormais libre de parler de son fiancé.


Yagg

Conférence-débat à l'ISIC: Le VIH/Sida au Maroc



A l'occasion de la campagne de sensibilisation de lutte contre le sida ''SIDACTION Maroc 2014'', l'association marocaine de lutte contre le Sida organise à l'institut supérieur de l'information et de la communication une conférence-débat, sur ce virus détruisant, accompagné d'un stand de vente de rubans représentant la campagne. 

Soyez nombreux !

Le Sida est la première cause de mortalité dans le monde

OMS

60 millions de personnes environ décèdent chaque année, sur une population estimée à 7 milliards d'individus. Comme on dit en arabe, les causes sont multiples, mais la mort reste unique. Certes… mais il est aussi intéressant parfois de savoir de quoi on peut mourir.

Ainsi, pour l'année 2012, et après le sida, les accidents de circulation et le suicide, c'est la violence qui occasionne le plus de morts dans le monde ; 475.000 personnes ont ainsi été tuées par des actes de violence au cours de cette année.

Ainsi, le Sida a emporté 1,5 million de vies humaines, en net recul par rapport à 2011 (1,8) et 2005 (2,4). Quand on sait que les 3/4 environ de ces morts sont en Afrique, on peut imputer la responsabilité à la combinaison du manque de moyens, de l'ignorance et de l'absence d'un remède efficace et radical contre le fléau.

Les accidents de la route, eux, entraînent 1,24 million de décès par an environ, et sont la première cause de décès chez les jeunes âgés de 15 à 29 ans, sachant que 91% des décès sur les routes surviennent dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, qui possèdent environ la moitié du parc mondial de véhicules.

Pour le suicide,  ce sont plus de 800.000 personnes par an qui en  meurent,  et le nombre des tentatives est encore beaucoup plus élevé. Chaque année, des millions de personnes sont donc confrontées à des pertes cruelles dues à des suicides. Ces décès peuvent intervenir à n'importe quel âge de la vie et le suicide représentait la seconde cause de mortalité chez les 15 29 ans dans le monde en 2012.

Quant à la violence, ce sont 475.000 personnes qui ont été tuées par meurtre dans le monde en 2012, faisant de l'homicide la quatrième plus importante cause de mortalité chez les individus de 15-44 ans. Le chiffre a été annoncé hier seulement par l'OMS à Genève.  Malgré une baisse substantielle de 16% des taux d'homicide entre 2000 et 2012, la violence demeure fréquente, avertit l'Organisation mondiale de la santé (OMS) dans un rapport qui presse les Etats d'adopter davantage de mesures préventives.  Toutefois, le taux d'homicides varie entre les pays. Il s'avère généralement plus faible dans les pays à revenu élevé et son déclin est également plus marqué (39% de baisse) que dans les pays à revenu faible (-10%).

Au Maroc, on affiche un taux de 1,4 meurtre/100.000 habitants, ce qui aboutit à un nombre total de victimes d'environ 490 homicides annuellement, dont un peu plus du dixième pour la seule ville de Casablanca. Cependant, au Maroc, les meurtres sont très rarement prémédités, et le plus souvent donc dus à des coups et blessures ou à des actes impulsifs. La culture marocaine n'engendre pas des pulsions de mort et les freins sociaux pour passer à l'acte sont encore plus puissants.

Une nouvelle agression homophobe interroge la sécurité des LGBT à Madrid



Violemment attaqués ce vendredi 12 décembre alors qu'ils étaient assis sur un banc du parc de l'Ouest, dans le centre-ville de Madrid, deux garçons de 17 et 23 ans vivent aujourd'hui «dans la peur», ont-ils confié au Collectif pour les LGBT de Madrid (Cogam), rapporte l'édition espagnole de 20 Minutes. Plusieurs médias soulignent que cette agression témoigne de la hausse des violences LGBT-phobes dans la capitale fédérale espagnole.

Les deux garçons ont souhaité rester anonymes mais ont tout de même témoigné auprès de la Oveja Roja. Ils racontent que 12 personnes, dont une fille, vêtues de noir et portant des bottes militaires, se sont approchées d'eux et leur ont demandé s'ils étaient «des pédés» ou «des antifas». Les personnes à l'origine de l'agression les ont ensuite frappés, en s'acharnant particulièrement sur le mineur en le blessant à l'œil gauche. Son cou porte aujourd'hui des marques de contusion. Les deux garçons se sont enfuis dès qu'ils ont pu et ont porté plainte.

Le site Dos Manzanas rappelle qu'il y a deux semaines, un couple formé de deux hommes a été mis à la porte d'un restaurant Burger King, mais aussi que d'autres LGBT ont été victimes d'agressions verbales dans le métro en novembre, d'une agression physique en septembre et qu'en février et mars, d'autres couples ont été attaqués sur une des artères principales de la ville. Pour faire face à cette montée de violence, le collectif Cogam recommande l'adoption de lois anti-discrimination plus strictes. Les militant.e.s souhaiteraient que Madrid suive l'exemple de la Catalogne qui a durci sa législation en octobre et où c'est désormais à la personne accusée d'une agression de prouver son innocence.

Yagg

How « Shnit Festival » can work with the egyptian gay hunter Mona Iraqi ?

ENGLISH VERSION BELOW

Shnit festival

Le festival international de courts métrages « Shnit » explique sur sa page d'accueil qu'il a « une fière et longue histoire de soutien pour les films, les cinéastes et les public de toutes orientations sexuelles, de toutes les races, de tous les modes de vie, partout dans le monde. Nous croyons fermement en la liberté des modes de vie et en la liberté d'expression. C'est une ligne que notre festival réaffirme depuis son origine et qu'il continuera à réaffirmer. »

Pourtant j'ai été alerté par plusieurs blogueurs égyptiens que son extension égyptienne « The 'Cairo playground' » est sous la direction de Mona Iraqi … oui « cette » Mona Iraqi, Celle qui dénonce les homosexuels et leurs lieux de rencontre à la police égyptienne. Celle qui filme les arrestations et prend des photos des visages de ces pauvres garçons avant de les jeter en pâture à la vindicte populaire dans son émission de télévision et sur les réseaux sociaux… Celle qui dit, je cite : « Aujourd'hui est une belle journée… notre émission a pu dissoudre un lieu de perversion entre hommes et les capturer en flagrant délit… Mon dieu la réussite est belle et atteindre ses buts est encore mieux… »

Ou encore « nous vous révélerons les détails à propos des nids de perversion collectifs au cœur de la capitale… ainsi que toute l'histoire de ces nids à sida. »… Comment cette personne peut elle diriger ou même participer à l'organisation de votre festival qui se veut ouvert à toutes les cultures et toutes les orientations sexuelles ? Comment est-il possible que vous puissiez encore collaborer avec cette femme et sa vision haineuse et destructrice du monde ?

Au nom de la défense des droits de l'homme, du respect pour les victimes de l'homophobie partout dans le monde et particulièrement en Egypte, au nom des victimes de Mona Iraqi et de ses pratiques honteuses, nous vous demandons de réaffirmer les principes qui guident votre organisation et votre festival en condamnant publiquement Mona Iraqi et en cessant immédiatement votre collaboration avec elle.

Mona Iraqi entrain de photographier le résultat de sa guerre anti gays

Mona Iraqi entrain de photographier le résultat de sa guerre anti gays

Shnit International Shortfilmfestival says on its home page that it « has a proud, long-standing history of support and inclusion of films, filmmakers and audiences of all sexual orientation, from all races and walks of life, in every corner of the world. We believe strongly in freedom of lifestyle and of expression. This is a standard that our festival have upheld since the beginning of existence, and will continue to do so. »

But I've been alerted by several Egyptian bloggers that its Egyptian extension  » The ' Cairo playground' 'is directed by Mona Iraqi … yes  » the  » Mona Iraqi", the one that reported homosexuals and their meeting places to the Egyptian police. The one who records theyr arrests and takes pictures of the faces of those poor boys before publishing it in his TV show and on social networks … The one that says , I quote: « Today is a beautiful day … our show dissolved a place of perversion for men and catch them in the act … My God is beautiful and successful fulfillment of its purposes is even better … « 

Or  » we 'll reveal details about collective perversion of nests in the heart of the capital … and the history of these nests AIDS.  » … How can this person lead or even participate to the organization of your festival that wants to be open to all cultures and all sexual orientations ? How is it possible that you can still work with this woman and her hateful and destructive worldview?

In the name of human rights, respect for the victims of homophobia around the world, especially in Egypt , on behalf of the victims of Mona Iraqi and its shameful practices , we ask you to reaffirm the principles that guide your organization and festival in publicly condemning Mona Iraqi and immediately ceasing your work with her.